Road trip en Norvège

Road trip en Norvège : de Oslo à Trondheim

Bonjour tout le monde ! Je reviens pour vous parler de notre dernier voyage qui s’est déroulé … (suspens insoutenable) en Norvège ! Monsieur et moi avons décidé, un peu sur un coup de tête je vous l’avoue, de partir pour un road trip en Norvège pendant 2 semaines. Pourquoi la Norvège me direz-vous ? Et bien, depuis l’Islande, nous avons eu un coup de cœur pour les pays froids et nous rêvions de repartir à l’aventure.

Le principe de ce road trip en Norvège était de se retrouver tous les deux avec nos sacs et notre voiture et de parcourir le plus de kilomètres possible (dans la limite du raisonnable) pour en voir un maximum. Désolée d’avance pour les amoureux des logements insolites, ici on va parler piquets de tente, douches communes et repas déshydratés!

1. Quand partir en Norvège ?

Je vous avoue que la météo d’Oslo n’est pas la première chose à laquelle j’ai pensée en organisant le voyage, mais j’aurais dû ! Croyez-moi, ça change tout. D’après le guide Lonely Planet que nous avions acheté, il semblerait que la période de mai à septembre soit propice pour partir en Norvège. Il ne fait pas encore trop froid et NORMALEMENT il ne pleut pas trop. J’insiste sur le normalement parce que je pense que je dois avoir la poisse : nous avons fait notre road trip en Norvège les 2 dernières semaines de septembre en nous avons passé la moitié de notre séjour sous un mur d’eau. Non, je ne rigole pas, et ce n’était vraiment pas drôle !

Je dis que c’est la première question que j’aurais dû me poser parce que quand on fait un road trip et qu’on veut faire les aventuriers et dormir en tente, et bien, la quantité journalière de précipitations est un facteur important. D’après mes observations et les informations que nous avons pu recueillir au court de notre voyage il semblerait donc que la période de Juin-Juillet-Août soit plus propice à un road trip en Norvège. C’est néanmoins la période à laquelle les vols Paris Oslo sont les plus chers. En ce qui nous concerne, nous avons payé l’aller-retour en avion Paris Oslo sans escale environ 130€ par personne (1 bagage en soute comprise). J’avais rapidement sondé les prix des vols sur Google Flight et c’était celui avec le meilleur rapport qualité prix que j’ai pu trouver.

Nb. La région des fjords du Sud-Ouest, réputée pour être la plus belle région de Norvège est certes magnifique, mais terriblement humide (« Une semaine de grand bleu à plus de 30 °C n’a rien d’exceptionnel à Oslo, mais elle tient presque du miracle à Bergen ou dans la région des fjords de l’Ouest » – Guide du Routard). Peu importe la saison à laquelle vous partez, prenez un k-way!

2. Les incontournables pour un road trip en Norvège

Sur ce point, je peux vous dire que j’étais au taquet ! J’ai épluché mon cher guide de la première à la dernière page, réalisé 20 000 itinéraires différents (oui 20 000, non ce n’est pas exagéré). Monsieur a juste eu le temps de m’arrêter avant que je commence à dessiner le trajet sur les murs de la chambre.

Je rêvais de monter jusqu’aux îles Lofoten. J’avais vu des dizaines de photos de cette partie de la Norvège, lu de nombreux articles et, je pense sincèrement que c’est un incontournable lors d’un road trip en Norvège. Et c’est bien dommage puisque nous n’y sommes pas allés ! (vous avez le droit de quitter la page, maintenant). En effet, on a dû se rendre à l’évidence assez rapidement : en l’espace de 15 jours, en partant d’Oslo on ne pourrait pas monter aussi haut si on ne voulait pas passer tout notre temps en voiture. Nous nous sommes donc résolus à découvrir : Oslo, la région des Fjords (vraiment magnifique), le Trøndelag et rapidement l’Est de la Norvège. Nous ne sommes pas montés plus haut que Trondheim, mais croyez-moi il y a déjà de quoi faire jusque là !

itinéraire road trip norvège

En suivant cet itinéraire, nous avons donc visité Oslo, Stavanger, la presqu’île de Karmoy, Alesund et bien sûr Trondheim. Nous avons également un peu marché en randonnant au mont Gaustatoppen, et jusqu’à Preikestolen, Kjeragbolten. On en a pris plein les yeux !

3. Se déplacer en Norvège

Comme je vous l’ai dit, nous souhaitions en voir un maximum pendant notre road trip de 2 semaines en Norvège. La voiture s’est vite imposée comme étant le moyen de transport le plus adapté.

La Norvège est le pays le plus long d’Europe. Il n’y a presque pas d’autoroutes, elles sont toutes situées autour d’Oslo. Sur les autres routes, la limite de vitesse est fixée à 80 km/h. Le pire dans tout ça, c’est que les Norvégiens respectent les limites de vitesse ! Il n’y a rien de plus frustrant pour un Français un peu nerveux de la pédale que de respecter ces limitations, surtout sur les interminables routes norvégiennes désertes. Ne voulant pas passer pour des touristes mal élevés, on a décidé de suivre le mouvement.

Preikestolen Camping Norvège
Nuit au Preikestolen Camping

Les locations de voitures sont relativement chères en Norvège. Nous avons profité d’une promotion de -15% sur les réservations chez Sixt pour louer la nôtre. Pour des raisons de praticité, nous avons choisi l’agence Sixt située dans l’aéroport d’Oslo. Nous sommes partis sur un modèle type Golf avec kilométrage illimité. Cela nous a coûté environ 550€ pour les deux semaines. Néanmoins, il ne faut pas oublier d’ajouter à cela le coût de l’essence (pas si bon marché que ça pour un pays pétrolier), les péages, et les ferries (vous ne pourrez pas y échapper si vous longez la côte). Au total, nous nous en sommes sortis pour environ 800€.

Nb. Nous avons eu une très bonne surprise en arrivant à l’agence de réservation Sixt à Oslo. Il n’y avait pas le modèle de voiture que nous avions réservé, il aurait fallu la faire venir d’une autre agence. Nous avons donc fait un effort et accepté d’être surclassés (oui je sais quelle preuve de générosité). C’est ainsi que nous avons passé 2 belles semaines de road trip en Norvège à bord de Mini, une Mini Cooper Sport Country Man hybride (oui ça fait beaucoup, mais en gros ça veut dire qu’elle roulait bien).

Il nous a fallu une bonne demie-heure pour réaliser qu’une voiture hybride ne faisait pas de bruit au démarrage. Après l’avoir redémarrée une bonne 20aine de fois, et quelques prises de bec (« Mais t’es nul, c’est quand même pas compliqué! »), elle s’est mise à avancer toute seule… On ne s’est pas posé de questions et on a foncé !

4. Trouver un hébergement en Norvège

Après 1/2 seconde sur Booking, on a compris qu’à moins de vendre un rein chacun, l’hôtel pendant 2 semaines c’était hors budget. Et puis c’est tellement plus sympa de dormir à même le sol sur un terrain en pente ! Nous nous sommes donc tournés vers nos vieux amis: tente de camping, sac de couchage et matelas gonflables !

Par chance, les Norvégiens sont très friands de camping, il y en a partout. Attention, rien à voir avec les campings français, on est sur du grand standing ! Les sanitaires sont nickels, les terrains très propres et les cuisines bien équipées. Le seul bémol, c’est que la tente ce n’est pas trop leur truc. Les campings sont pleins de caravanes, de camping-cars et de vans. On aurait bien voulu en louer un, mais là c’était les deux reins qu’il fallait vendre (comptez 2 800 € pour deux semaines). Dans certains campings, il n’y a pas d’emplacements réservés aux tentes. Don’t worry ! Ils trouveront toujours une place pour vous !

Bogstad Camping Oslo
Nuit au Bogstad Camping

Comptez entre 15€ et 30€ par nuit pour un emplacement de tente en haute saison. Bien sûr, les douches ne sont bien souvent pas comprises dans ce forfait : il faut ajouter 2€ à 4€ pour une douche de 5 min à 10 min (variable selon les campings). Voici la liste des campings où nous nous sommes arrêtés:

  • Bogstad Camping (Oslo) : 25€/nuit + 1,5€/douche pour une tente 2 personnes. Objectivement le meilleur camping dans lequel nous ayons dormi. Il y a tout à disposition, même le wifi et les sanitaires sont topissimes.
  • Seljord Camping (Seljord) : 20€/nuit. C’est typiquement un camping peu aménagé pour les tentes, mais nous avons tout de même trouvé un coin d’herbe au bord du lac. Le coucher et le lever du soleil étaient magnifiques, mais attention aux moustiques !
  • Kjerag Camping (Lysebotn) : 26€/nuit. Objectivement, ce camping n’est pas si mal: les douches étaient spacieuses et propres, idem pour la cuisine. Néanmoins, nous avons été assez mal accueillis: la dame qui a fait notre enregistrement ne souhaitait pas répondre à nos questions. Elle préférait discuter avec sa collègue. Nous avons fait l’arrivée et le départ sous la pluie, on a vu mieux comme nuit !
  • Preikestolen Camping (Preikestolen) : 20€/nuit. Un beau camping, bien aménagé, équipé, et plein de vie ! On a vraiment apprécié notre soirée dans ce camping. (Peut-être parce qu’il n’a pas plu?).
  • Mosvangen Camping (Stavanger) : 15€/nuit/personne (mais je crois qu’il nous a fait payer moins cher parce qu’il était passé en hors-saison). En tout cas, les installations du camping sont géniales : cuisine, grand espace pour manger, des sanitaires immenses (il y a même des sanitaires spéciale famille), et une pièce séchoir ! Seul bémol, la voiture ne peut pas rentrer dans le camping, c’est assez embêtant quand il faut faire des allers-retours.
  • Haugesund Camping (Haugesund) : 20€/nuit + 1€/douche de 5min. Quand on a vu le camping, on était re-fait ! Je vous plante le décor: ciel (presque sans nuages), vue sur la mer, petit coucher de soleil, camping calme. Le propriétaire du camping nous a mis en garde contre le vent, qui souffle pas mal en bord de mer. Je pense qu’il voulait nous inciter à louer une cabine (plus chère). On a résisté et on a passé une super nuit à l’abri du vent. Le camping dispose, en plus des équipements standards, d’une salle fermée, avec télé, où l’on peut manger. Il y a aussi une petite cabane, toute vitrée au bord de la mer dans laquelle on peut s’asseoir et manger.
  • Odda Camping (Odda) : 20€/nuit + 2€/douche. C’est indéniablement dans ce camping que nous avons été les mieux accueillis (bisous Anneta !). La réceptionniste nous a fait rire et a été de très bon conseil. Point positif: le camping de Odda est équipé d’un sèche chaussures !! Ça peut paraître très bête, mais au bout d’une semaine de road trip en Norvège, nos chaussures étaient trempées et n’arrivaient pas à sécher. Nous avons dormi avec une belle vue sur le lac, au réveil les sommets des montagnes étaient gelés.
  • Flåm Camping & Hostel (Flåm) : 29€/nuit + 2€/douche. Petit camping sympathique, au bord du Fjord, légèrement en hauteur. Nous sommes arrivés assez tard après avoir roulé toute la journée, et avons peu profité des équipements du camping. Néanmoins, tout était correct mais nous avons trouvé qu’il était moins intéressant en termes de rapport qualité-prix que d’autres campings que nous avons pu tester.
  • Volsdalen Camping (Ålesund) : 15€/nuit (nous sommes arrivés en saison basse) + e.2€ /douche. Ce n’est clairement pas le meilleur camping que nous ayons fait. Il est plutôt prévu pour les mobile homes. L’espace réservé aux tentes est assez restreint et pas forcément très bien placé. Le camping se targue d’avoir une belle vue sur la mer, mais elle est cachée par les mobiles home. Les sanitaires n’étaient vraiment pas les plus propres que nous ayons pu utiliser, en comparaison à tous les autres campings.
  • Bjørkhol Camping (Dombås) : 15€/nuit + 4€/douche (mais elles sont plutôt longues comparées à d’autres). Ce camping ne paye vraiment pas de mine en arrivant. Un vieil homme nous a accueillis, très souriant et avenant. En entrant dans le camping nous avons découvert des structures parfaitement entretenues, une pelouse tondue au brin d’herbe près et surtout des communs venus tout droit des années 60! Nous avons adoré ce camping pour son côté authentique et vintage. Petit coup de cœur pour la radio dans les sanitaires : c’est un vrai bonheur de chanter sous la douche !
  • P-Hotels Brattøra (Trondheim) : 75€ la nuit réservée via booking.com. Après 10 jours à vadrouiller de camping en camping, nous espérions en trouver un à côté de Trondheim. Malheureusement, le seul situé non loin de la ville était fermé. Un autre était ouvert, mais les commentaires à son sujet étaient assez négatifs. Nous avons donc fait une petite infidélité à notre tente! Une bonne nuit passée dans des draps douillets et au CHAUD (oui parce qu’on a quand même eu un peu froid pendant ce voyage !) nous a fait le plus grand bien.
  • Lillehammer Camping (Lillehammer) : 29€ + douche comprise. Ce camping est immense, mais une partie était fermée, car nous arrivions à la fin de la saison. Les communs et les sanitaires sont spacieux et il y en a à plusieurs endroits du camping. Nous avons tout de même trouvé le prix d’une nuit en tente assez élevé, d’autant plus que le terrain dédié était tout caillouteux (impossible de planter les piquets!). Petite prise de tête au moment de planter la tente, un régal !

5. Bien préparer son road trip en Norvège

Nous avions décidé de partir à l’aventure pour ce road trip en Norvège. Pour des raisons budgétaires, mais aussi un peu par défi, nous nous étions dit que camper serait vraiment une chouette idée. Ben oui, pourquoi opter pour une chambre chauffée et confortable dans un pays humide et froid quand on peut dormir dehors, franchement ? Dans ces conditions, pas toujours très optimales, il est important de penser à tout ! Le voyage peut vite devenir moins sympa en cas d’oubli important ! Pour ce road trip en Norvège, nous avions donc embarqué :

  • Tente légère 2 personnes Ferrino : Nous l’avions achetée lors de notre trek en Islande l’année passée. Elle est très pratique, car elle prend peu de place une fois repliée et surtout, elle est très légère ! C’est vraiment pratique quand on marche toute la journée. Cependant, le climat pluvieux de Norvège a eu raison d’elle : au bout de 15 jours sous la pluie battante, elle a montré quelques signes de fatigue. (Quelques gouttes d’eau sur mon nez m’ont plusieurs fois réveillée pendant la nuit !)
  • Matelas spécial bivouac : autogonflant ou gonflable, il est indispensable pour bien dormir et ne pas avoir mal au dos à la fin du voyage ! Celui-ci est vraiment parfait, petit une fois replié, léger, il isole bien du froid et est assez épais pour éviter le contact du sol.
  • Sac de couchage : choisissez-le en fonction de la température moyenne de votre destination ! Pour ce road trip en Norvège nous avions des sacs de couchage de trekking 0°. Nous les avons vraiment appréciés tout au long du voyage.
  • Couverture de survie : vous pouvez en trouver en pharmacie ou dans n’importe quel magasin proposant un rayon randonnée. Elle permet d’isoler la tente de l’humidité du sol, vraiment pratique en terres polaires.
  • Une popote et un réchaud : ça semble bête, mais c’est pourtant essentiel. Les kits sont en général prévus pour contenir un maximum d’ustensiles en un minimum de volume. N’oubliez pas l’allume-feu!
camping en norvège
Nuit au Seljord Camping

Il y a aussi des petits plus :

  • Oreiller gonflable : c’est tout de même plus confortable d’avoir la tête surélevée pour dormir,
  • Serviette microfibre : elle sèche vit et prend peu de place ! C’est très pratique quand on ne peut pas étendre ses affaires le soir.
  • Lampe frontale : l’alliée des pauses pipi nocturnes !

6. Boire et manger en Norvège

Je vous avais promis des repas lyophilisés, les voici ! Nous avions décidé de consacrer la majorité de notre budget road trip en Norvège à nos déplacements et à nos visites. La nourriture en Norvège est très chère, aussi bien en supermarché qu’en restaurant. Nous avons donc opté pour la solution « je mange de la poudre pendant 15 jours ». Nous avions tout commandé avant le départ, pour payer moins cher.

manger en Norvège
Plus beaux sandwichs du monde

Les repas lyophilisés étaient réservés pour le repas du soir. Le matin, nous avalions un peu de muesli, une tasse de café et une préparation chocolatée protéinée. Le midi, nous mangions de la viande séchée, des noix de cajou, des amandes. Pour le goûter, nous avions prévu des barres de céréales. Vers la fin du séjour, nous nous sommes tout de même résolus à faire quelques courses afin de tester les spécialités culinaires norvégiennes ! Mention spéciale pour le Jarlsberg, les gaufres norvégiennes, et la sauce Kaviar (gras en tube aromatisé à n’importe quoi)…

Voilà ! J’espère que ce petit tour d’horizon de notre road trip en Norvège vous aura plu et qu’il vous plaira ! À bientôt pour de nouvelles aventures…

Laisser un commentaire